The Year of the Flood

Publié le par cline

n300488Bloomsburry, 2009

 

SCIENCE FICTION?

L'histoire :

Adam Un, leader d'un groupe religieux nommé Les Jardiniers de Dieu a depuis longtemps prédit un désastre qui se produit finalement, détruisant sur son passage presque toute forme de vie humaine. Deux survivantes à ce cataclysme : Ren, une strip-teaseuse enfermée dans un club et Toby, ancienne membre des Jardiniers de Dieu, barricadée dans un centre de soins du corps. Quels autres personnages ont survécu? Comment s'organisait la vie au sein de la mystérieuse communauté des Jardiniers de Dieu? Quel est exactement cette catastrophe qui a balayé le genre humain?

 

Mon avis :

On ne présente plus Margaret Atwood. Si? Cette écrivainE canadienne est également professeurE dans plusieurs universités et critique littéraire. La plupart de ses romans s'axent autour de personnages féminins dont elle creuse, dévoile l'intimité. Je pense par exemple à ses merveilles que sont : Lady Oracle, La Voleuse d'hommes, Captive, La Servante écarlate, où les femmes, victimes ou bourreaux, ont une profondeur, une vraisemblance saisissante.

 

Depuis Le Dernier homme, Atwood s'intéresse au genre de la science-fiction et propose des univers post-apocalyptiques dans lesquels les Hommes, à l'origine de leur propre déchéance, tentent de survivre et de réapprendre leur humanité.

 

The Year of the Flood appartient à cette verve.

On comprend vite que la science-fiction n'est ici qu'un prétexte pour parler de notre société, consumériste, égocentrique, misogyne. Et Margaret Atwood réussit à nous terroriser, à nous tendre un miroir inquiétant qui nous pousse à "réfléchir".

 

rose-macaronrose-macaronrose-macaronrose-macaron

 

 

Publié dans miam-miam (4 macarons)

Commenter cet article