La guerre des arbres commence le 13

Publié le par c.l!ne

thomas-drimm2Didier van Cauwelaert, Albin Michel, 2010, 329 pages

 

lecture en partenariat grâce à Blog-o-book

 

L'histoire :

Thomas Drimm est paumé au début de ce deuxième tome et il collectionne les emmerdes.

Il a détruit, avec l'aide d'un scientifique mort mais réincarné dans un ours en peluche, le bouclier d'antimatière qui protégeait les Etats-Uniques des attaques végétales extérieures. Résultat : les âmes des humains défunts ne peuvent plus être recyclées pour produire de l'énergie.

Autre problème pour cet ancien obèse : les arbres menacent d'anéantir le genre humain grâce à un virus qu'ils ont développé : la grippe V. Les adultes sont protégés par leurs puces et les enfants de moins de treize ans doivent être vaccinés. Ce vaccin se révèle peu efficace...

Enfin : il est toujours tiraillé par ses amours à sens unique pour des femmes fatales alors que la belle et jeune Jennifer le harcèle.

 

Mon avis :

Dans l'effrayant univers "science-fictif" imaginé par van Cauwelaert les hommes se méfient de tout : des arbres, des nourritures grasses, des fumeurs, de leurs propres enfants. Tout, sauf une chose : les jeux d'argent. La capitale s'appelle Ludiland, dans les cours de justice les témoins prêtent serment en récitant  : "Maître du jeu qui êtes aux cieux, je jure de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité" et les accusés peuvent être condamnés à une "peine de sort" qui consiste à remettre leur destin entre les mains d'une roulette de jeu. Et on regarde notre propre monde avec un regard différent.

Le héros éponyme est un "drimmer", seul adolescent, seul être humain capable de lutter contre les plans diaboliques de Nox-Noctis. Sur la magnifique couverture, il a la silhouette de Peter Pan et comme lui il ne cesse de se méfier des adultes : son père l'alcoolique abstinent, le puits de science, sa mère, Lily... 

Le style est très rock'n roll. Van Cauwelaert bouscule les mots, les aligne sans trève, à toute allure, les tronque parfois. Il n'hésite pas à évoquer la sexualité de manière drôle et inattendue (je pense au pauvre ours en peluche qui se fait violer par une impitoyable taupe...

L'auteur crée des passerelles étonnantes entre la culture et son intrigue, il trouve (dans la mythologie du viel Ovide, dans les sciences) des exemples étonnants de complicité entre Homme et végétaux.

 

Bref, un roman de jeunesse qui tend un miroir accusateur à notre société et auquel l'auteur a su donner une (son?) âme!

rose-macaronrose-macaronrose-macaron

logotwitter2

  CHALLE~2

Publié dans miam (3 macarons)

Commenter cet article

Karine :) 17/11/2010 22:32


J'ai beaucoup aimé le premier tome... du coup, je vais certainement lire celui-ci aussi!


c.l!ne 17/11/2010 22:42



De mon côté, j'ai un peu mis la charrue avant les boeufs! J'ai beaucoup aimé les personnages, la critique sociale sous-jacente... à bientôt



pimprenelle 15/11/2010 07:51


J'aimerais beaucoup découvrir cette série! Je n'ai lu que des romans pour adultes de cet auteur.


c.l!ne 15/11/2010 23:13



Je ne connaissais pas beaucoup van Cauwelaert dans les romans pour adultes : un ou deux tout au plus mais je crois retrouver dans Thomas Drimm son écriture libre et originale, son "franc-écrire"!
à bientôt.